Le phare de Contis, l'unique phare des Landes qui ne ressemble à aucun autre

Avec son habit noir et blanc, le phare de Contis ne passe pas inaperçu. Dépassant de plusieurs têtes la forêt de pins, on le voit de très loin, bien au-delà de la côte d'Argent. C'est l'unique repère des navigateurs entre Biarritz et le Cap-Ferret. Il ne ressemble à aucun autre phare de nos côtes. On dit même que c'est le plus "américain" des phares français.

Le phare de Contis

Un phare à l'intérieur des terres

Le phare de Contis est situé à Saint-Julien-en-Born dans les Landes, près de Mimizan, à 40 km de notre Camping **** Le Saint Martin. Construit en 1862 sur décret de Napoléon III, le phare landais se dresse à l'entrée du village, en pleine forêt, à égale distance de Biarritz et du Cap Ferret. Les plans de conception de l'ouvrage sont confiés à l'ingénieur Léonce Reynaud, qui choisit de construire le phare à l'intérieur des terres, à un kilomètre de l'océan atlantique, au sommet d'une dune de 12 mètres.

Mais à l'époque, le phare de Contis est tout blanc. Il ne ressemble pas encore à ce grand sucre d'orge spiralé noir et blanc qui émerge de la forêt. C'est seulement en 1937 qu'un artiste local du nom de Bellocq, "Memoune" pour les intimes, décore le phare d'une spirale noire en forme de vis d'Archimède.

Le plus "américain" des phares français

Il n'existe que trois phares de ce type au monde : le phare de Contis dans les Landes ; et deux autres aux États-Unis, le phare de Cape Hatteras (Caroline du Nord) et le phare de Saint-Augustine (Floride). Autant dire qu'un phare comme Contis, ça ne court pas les mers !

Le phare de Contis fait partie du club très sélect des phares à spirale dit "barber's pole" qui apparaissent, à la fin des années 1800, sur la côte est des États-Unis. Cet habillage noir et blanc, reconnaissable de très loin, sert d'amer aux marins, c'est-à-dire de repère de jour à la navigation. Le terme "barber's pole" fait directement référence à l'enseigne traditionnel des barbiers américain ( le poteau rouge-blanc-bleu qui tourne sur lui-même).

Une vue imprenable avec d'un côté la forêt et de l'autre l'océan

Pour accéder au sommet du Phare de Contis, il faut gravir les 183 marches de l'escalier en fonte qui monte jusqu'à la coupole. Mais l'effort est récompensé par une vue magnifique. À 41 mètres de haut, la vue est imprenable ! D'un côté le bleu des flots; de l'autre, le vert de la forêt, et au milieu, un long cordon de dune et de sable fin. Attention à l'effet waouh !

Le saviez-vous ?

Le phare de Contis est automatisé depuis 1999, télécontrôlé depuis Bayonne, dans le Pays basque voisin. Plus de trente gardiens se sont succédé pendant 135 ans. Le dernier d'entre eux, Gilles Bodin, est à l'origine d'un petit musée, dont le navigateur Titouan Lamazou est le parrain.

PRATIQUE

  • Adresse : 212 Chemin de la Lanterne, 40170 Saint-Julien-en-Born
  • Ouverture : d'avril à septembre
  • Tarif : 3 €/adulte, 1 €/enfant (+ de 12 ans), gratuit pour les moins de 3 ans

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

 

Publié le 30/09/2019 dans catégorie : Landes
< Retour au Blog